La vie a besoin de la nuit ! La nuit a besoin de nous.

0
183
Saint-Jeannet à la nuit tombante. Photo Florent Dubreuil.

Samedi prochain, pensez à éteindre vos éclairages d’extérieur entre 23h et 5h du matin. Et si cette démarche vous plaît, alors merci de ne plus vous arrêter !

 Ouvert à toutes et tous, le Jour de la Nuit est une grande manifestation nationale de sensibilisation à la pollution lumineuse, à la protection de la biodiversité nocturne et à la beauté du ciel étoilé. La 14ème édition aura lieu le samedi 15 octobre 2022. La commune de Saint-Jeannet y participe en tant que Village étoilé (Label Anpcen 2 étoiles). Dans certains quartiers, l’éclairage public a été adapté (lampes économiques à couleur douce) et s’éteint la nuit (entre 23h et 5h)  ce qui favorise la biodiversité

L’impact de la pollution lumineuse sur la biodiversité

L’alternance du jour et de la nuit (rythme circadien) règle depuis toujours la vie humaine, animale et végétale. Les espèces qui en dépendent (l’homme, 95% des papillons, 90% des amphibiens, 20% des oiseaux, et 50% des mammifères dont les chauves-souris), voient ce rythme perturbé par la lumière artificielle.

L’excès d’éclairage artificiel est une source de perturbations pour la biodiversité (modification du système proie-prédateur, perturbation des cycles de reproduction, des migrations…).

Certaines espèces utilisent la lune, la voie lactée ou les constellations pour se repérer dans leurs déplacements. C’est le cas des papillons de nuit, oiseaux migrateurs ou mammifères marins.

Certains insectes vont être attirés par les points lumineux qui vont constituer de véritables pièges. L’insecte peut voler directement vers la lampe chaude et mourir instantanément, soit il peut tourner autour de la lumière jusqu’à épuisement ou jusqu’à ce qu’il soit capturé par un prédateur.

D’autres espèces animales vont au contraire fuir les sources lumineuses. La lumière artificielle dégrade et fragmente la qualité des habitats nocturnes. Elle peut générer un stress important et affecter la survie de certaines espèces qui, pour accomplir leurs besoins vitaux (alimentation, reproduction, migration, etc.), sont obligés de réaliser de plus longues distances.

La pollution lumineuse est aussi une source directe de perturbation du cycle de vie des plantes (impact sur germination, croissance, floraison). L’éclairage artificiel la nuit peut provoquer un déséquilibre dans leur activité.

Du fait de leur exceptionnelle biodiversité ainsi que leur situation géographique, les Préalpes d’Azur sont confrontées aux impacts néfastes de la pollution lumineuse. Le Parc s’est donc engagé dans la préservation de l’environnement nocturne ; il travaille à sensibiliser les différents acteurs (élus, habitants, scolaires, visiteurs) et à intégrer la pollution lumineuse dans l’aménagement du territoire.

Témoignage

Pauline Chevalier
Chargée de mission Natura 2000
& Biodiversité, Métropole Nice Côte d’Azur.

À Saint-Jeannet, une zone prioritaire avec la présence de gites à chauves-souris a été identifié et nous sommes venus voir la commune pour préserver cette biodiversité. La rénovation de l’éclairage public a été privilégiés avec des LED de couleurs ambrées – orangé, au niveau des zones à enjeux écologiques. La commune continue l’action avec l’extinction de certains quartiers.

Documents associés 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here